Accueil > Francochiliens 2010 > Nouvelles > Kawéskars et Mapuches à la Fondation Cartier

Kawéskars et Mapuches à la Fondation Cartier

Une exposition qui met face à face deux regards et deux personnalités : le cinéaste et photographe Raymond Depardon et l’urbaniste et philosophe Paul Virilio.

Que reste-t-il du monde, de la terre natale, de l’histoire de la seule planète habitable aujourd’hui ?

Telle est la question que cherche à répondre l’exposition Terre Natale, ailleurs commence ici, que l’on peut visiter actuellement et jusqu’au 15 mars 2009 à la Fondation Cartier. L’exposition met face à face deux regards et deux personnalités qui cherchent, chacun à leur façon, à donner une réponse à la question : le cinéaste et photographe Raymond Depardon et l’urbaniste et philosophe Paul Virilio.

Avec Claudine Nougaret, en charge de la prise de son, Depardon, toujours attentif "à la terre, à la parole, à l’écoute et au monde des paysans" est parti en Éthiopie, en Bolivie, en France, au Brésil et au Chili où il rencontré notamment des populations Kawéskar et Mapuche . De ce voyage, ils ont ramené « des paroles de nomades, de paysans, d’îliens et d’Indiens » que la mondialisation néglige et semble condamner à une mort aussi inéluctable que silencieuse.

De son côté, en « dialogue contradictoire et complémentaire » avec les images de Depardon, Virilio donne son point de vue sur « la remise en cause de la notion même de sédentarité face aux grands phénomènes de migrations ».

Paroles, images, débats et, jeudi 19 février une "Soirée Nomade" avec le poète mapuche Elicura Chihuailaf et le collectif Ultimo Round marqueront la présence des peuples originaires du Chili dans cettte exposition qui, aux dires de Paul Virilio, est une véritable "préface du XXI siècle".


Vos commentaires

Dans la même rubrique