Accueil > Francochiliens 2010 > Nouvelles > Point de vue : Merci patron !

Point de vue : Merci patron !

Bien que nous ne partageons pas tous les points de vue et les expressions utilisées par Marie Jo, une Française résidente au Chili [1], nous avons cru utile de vous faire connaître les réflexions ci-dessous.

Comme le tremblement de terre + tsunami a endommagé la partie la plus riche du Chili, celle qui fait vivre économiquement le pays, les magnats chiliens sont dans l’angoisse, à tel point qu’ils ont organisé une sorte de téléthon (marathon télévisé) ce week end, au cours duquel – durant 24 heures – les chiliens étaient appelés à se solidariser en versant leur obole aux sinistrés (ou plus sinistrés qu’eux).

L’écrivain chilienne – Isabel Allende, nièce du Président martyr Salvador Allende – est venue spécialement des Etats-Unis, où elle réside (à San Francisco), mariée à un gringo – déposer une somme colossale.
Le pompon était hier soir, au moment de la clôture.

JPEG - 47.8 ko
Don Francisco avec Michelle Bachelet

D’abord il me faut vous dire que l’animateur de ce marathon télévisé de la solidarité est le juif chilien Mario Kreutzberger (alias Don Francisco), magnat de la télévision chilienne, installé à Miami, capitale de la mafia latino-américaine, d’où il contrôle et règne sur la TV continentale. Le clou du spectacle, dis-je, a eu lieu hier soir, en dernière heure, où mon cœur a failli craquer d’indignation.

En effet, la terreur des patrons chiliens est telle devant le désastre empêchant leurs esclaves de reprendre le boulot qu’ils ont versé des sommes astronomiques et colossales pour que ceux-ci aient un toit et une couverture afin de reprendre le travail lundi matin, sans attraper une pneumonie, la peste et/ou le choléra, ce qui sonnerait le glas des choux gras du patronat.

En effet, il faut vous dire que – lorsqu’un patron chilien ou latino-américain parle de « patrie » ou de « pays » - il se réfère à son porte-monnaie.
« Redresser le pays » signifie pour lui « redresser ses propres finances personnelles » en payant à coups de pieds dans le cul ses esclaves.
Or, subitement hier soir, l’argent pleuvait à gogo en faveur des esclaves (dont on réduit le salaire ces temps-ci pour cause de « crise ») dans l’intention secrète qu’ils puissent encore marcher et fonctionner dès lundi matin car, depuis 10 jours, plus personne ne se présente devant le patron pour remplir ses caisses.

Le déluge de sous était tel hier soir, dans la dernière ligne droite, que le but du téléthon a été battu et dépassé 2 ou 3 fois !!!! C’est dire qu’il y a du fric au Chili mais dans la poche des patrons seulement.

La famille Luksic, par exemple, propriétaire du « Banco de Chile » (la plus ancienne et importante banque privée du Chili, où toutes les banques sont privées) a fait pleuvoir des lingots d’or sur les va-nu-pieds qu’elle affame habituellement.

Cette famille Luksic – qui s’est présentée, comme les Rothschild (qui ont des vignobles au Chili) et autres magnats, sur le podium – est également propriétaire de CCU (Compagnie de bières et autres boissons industrielles : Coca, Pepsi, Bilz y Pap, etc) en lâchant des sommes sidérantes, pas pour soulager le brave peuple mais pour sauver leurs entreprises, menacées du fait que plus personne n’est là pour les faire tourner.

Inutile de vous préciser que – au Chili comme ailleurs en Amérique latine – le brave peuple n’a pas de compte bancaire car il est payé à la petite semaine avec à peine de quoi nourrir sa famille. Or – subitement hier soir – c’était la valse des millions et des milliards. « En veux-tu ? En voilà ! ».
La trouille et la frousse du patronat ont débloqué les sous des propriétaires du pays et de la planète.

Ah ! et ils se présentaient comme le Père Noël à qui il convient de dire merci et qu’il convient d’applaudir pour sa générosité. Cœurs magnanimes et compatissants. Ils sont tellement solidaires avec les « pauvres » qu’il n’y a plus rien en rayon dans les hypers des beaux quartiers depuis une semaine. Ils ont tout raflé – faisant des provisions pour six mois – dans les heures suivant le tremblement de terre, craignant de manquer du fait de la ruine du pays, raison pour laquelle les affamés se sont livrés au saccage et au pillage, obligeant les nantis à faire appel à l’Armée pour se protéger en tirant sur les « anti-sociaux » (nom donné ici aux morts de faim, sous-payés par le patron).

Tout le Chili pleurait d’émotion devant son téléviseur hier soir devant l’amour démontré par le patronat chilien à ses employés.
Je hurlais d’indignation. A méditer.

Marie-Jo


Notes

[1Notamment sa tirade sur "le juif chilien Mario Kreutzberger"

Vos commentaires

  • Le 8 mars 2010 à 17:18, écrit par Carlos Weiss

    Su punto de vista me parece bastante exagerado. Demuestra poco la realidad actual de ese pais.

  • Le 8 mars 2010 à 18:35, écrit par vargas

    Como se puede escribir tanta estupidez en tan reducido espacio ?
    De toute évidence vous ne connaissez pas le peuple chilien madame. Alors... vous feriez mieux de ne pas donner votre avis. Vous réagissez de par vos références pauvres et dépourvus de ce que nous autres chiliens connaissons bien mieux que vous.

  • Le 14 mars 2010 à 10:01, écrit par el otro

    Espero que los vecinos de Marie-Jo no sepan francés (por su bien) ya que no creo que compartan su vision pseudo comunista de la vida en Chile, no niego que puedan haber patrones desprovistos de criterio y humanidad, y que las diferencias socio-economicas en Chile son abrumantes, pero es solo una vision segmentada de la realidad. En estos momentos, de forma paralela a esta ’telethon’ se estan realizando muchas otras acciones solidarias no por magnates, sino por personas comunes y corrientes que han querido contribuir con su ’granito de arena’ ayudando a pequeñas localidades (por ej. Peralillo) con algunos viveres, compañia y buena voluntad...

Dans la même rubrique