Accueil > Actualités > Photographie : Valparaiso dans la mire de Sète

Photographie : Valparaiso dans la mire de Sète

A propos de la présence spéciale de Valparaiso dans la manifestation que Sète consacre à la photographie, Marie José Castaing retrace ici la genèse de la décision de créer une véritable "passerelle d’images" entre les deux ports.

par Maria José Castaing

Pour sa 7ème édition, le festival Images Singulières de Sète consacre un focus à la photographie chilienne, grâce à un partenariat avec le Festival Internacional de Fotografía de Valparaíso (FIFV).

Invité au FIFV en novembre 2014, Gilles Favier, directeur artistique d’Images Singulières, a été particulièrement marqué par la géographie de Valparaíso, la jeunesse de sa population et la dynamique des photographes qu’il a rencontrés au cours de ce festival. C’est à partir de ce voyage que l’idée lui est venue de créer ce partenariat et d’inviter des photographes chiliens, témoins de leur temps et de l’histoire de leur pays.

Grâce au soutien du Ministère de la Culture du Chili (Consejo Nacional de la Cultura y las Artes) Ils seront donc cinq à participer à l’exposition collective sur le thème de l’exil intitulée «  Compañero, ¿podemos tomar una foto ? ».

Pourquoi ce titre ?

Tout part d’une photo prise par le père de Rodrigo Gómez Rovira, un dimanche de 1972 à Santiago, sur laquelle on voit Rodrigo, avec son frère et sa mère, ainsi qu’un homme inconnu avec sa petite fille et… Salvador Allende lui-même. La mère de Rodrigo raconte qu’ils se promenaient en famille quand ils ont vu le Président, et son père lui a demandé s’il pouvait le prendre en photo. Le Président a accepté à condition que ce soit avec toute la famille.

Lors du coup d’état de Pinochet, Raúl Gómez, le père de Rodrigo, qui était à l’époque le tourneur du célèbre groupe chilien Quilapayun, se trouvait en France avec les musiciens, mais sa maison a été perquisitionnée et les militaires sont tombés sur cette photo que sa mère a heureusement réussi à récupérer et à emporter dans son exil. Rodrigo a retrouvé cette photo en faisant l’inventaire des archives de son père et c’est donc elle qui a inspiré le titre de l’exposition collective.

Arrivé en France à l’âge de 5 ans, Rodrigo Gómez Rovira, retourne au Chili en 1996 où il travaille pour l’Agence Vu. Installé à Valparaiso depuis une dizaine d’années, il est le directeur du FIFV.

Les autres photographes chiliens présents à Sète sont sont Nicolás Wormull, Paula López Droguett, Cristóbal Olivares et Tomás Quiroga.

- En savoir plus


Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dans la même rubrique