Accueil > Actualités > Mort de Patricio Aylwin : le retour des "funérailles d’État" au (...)

Mort de Patricio Aylwin : le retour des "funérailles d’État" au Chili

C’est anecdotique mais révélateur : les funérailles d´état solennelles qui se préparent pour Patricio Aylwin seront les premières des 56 dernières années de la vie politique chilienne. Les mesquineries e instabilités de la démocratie chilienne du dernier demi-siècle privèrent 3 anciens chefs d’État d’un tel "privilège". Histoire.

JPEG - 112.4 ko
Patricio Aylwin, Carlos Ibáñez del Campo et un aspect des funérailles de ce dernier.

Carlos Ibáñez del Campo, un ancien militaire qui gouverna le pays d’abord comme dictateur et ensuite comme président élu (1952-1958), est donc le dernier chef d’état chilien à a voir eu droit à des funérailles d’état, quelques jours après sa mort, le 28 avril 1960.

Aucun des trois présidents qui lui succédèrent n’eurent droit à des tels égards. Morts pendant la dictature militaire, il eurent, dans le meilleurs des cas, droit à de simples cérémonie plus ou moins officielles et à quelques jours de deuil officiel.

JPEG - 157.1 ko
La "Une" du jour des funérailles de Jorge Alessandri

Ce fut notamment les cas de Jorge Alessandri, politicien de droite qui gouverna le Chili de 1958-1964 et qui, mort en 1986, n’eut droit, malgré ses sympathies pour le régime militaire, qu’à une cérémonie officielle avec, toutefois, la présence du general Pinochet.

4 ans plus tôt, les obsèques de l’ancien président Eduardo Frei, mort dans des circonstances suspectes, s’étaient déroulées dans une ambiance survoltée et elles ont été l’occasion de manifestations populaires d’opposition à la dictature. Des dirigeants exilés de son parti qui voulaient assister à ses funérailles ont été refoulés à la frontière et le général Pinochet avait imposé sa présence contre la volonté de la famille.

JPEG - 158.6 ko
La veuve de Salvador Allende, le 4 septembre 1990 - Photo : Julio Donoso

Pire encore a été le cas du président Salvador Allende, mort dans les circonstances que l’on connaît et dont le corps fut, au lendemain de son décès, enterré à la hâte en présence des seules 5 personnes autorisées par les militaires. Ses obsèques officielles n’auraient lieu que le 4 septembre 1990, au retour de la démocratie, par décision du président...Patricio Aylwin, qui, 17 ans plus tôt avait contribué activement à son renversement.

JPEG - 120.4 ko
Les funérailles très "militaires" d’Augusto Pinochet

En décembre 2006, l’ancien dictateur et président autoproclamé du Chili, Augusto Pinochet, était enterré lors de funérailles strictement militaires suite au refus du gouvernement de Michelle Bachelet de lui accorder les honneurs dus aux (vrais) chefs d’état.

- Dans la vidéo, le début des cérémonies officielles des funerailles d’état de Patricio Aylwin


Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dans la même rubrique