Accueil > Actualités > Greenpeace dénonce une "catastrophe environnementale majeure" sur l’île de (...)

Greenpeace dénonce une "catastrophe environnementale majeure" sur l’île de Chiloé

"Depuis plus d’un mois, des milliers d’animaux marins s’échouent, morts, sur les plages de l’archipel de Chiloé, au sud du Chili. Plus de 300 km de côtes ont également été touchés par la prolifération d’algues toxiques", écrit sur son site l’organisation écologique qui lance un appel à la mobilisation.

« Ces événements font suite au rejet en mer de cinq mille tonnes de saumon en décomposition par des centres d’élevage situés à proximité de l’île » écrit l’organisation dont la structure chilienne a décidé que, sans attendre l’action gouvernementale, il fallait mettre sur pied et envoyer sur place une équipe d’experts composée de biologistes, d’océanographes et d’anthropologues.

Au-delà de sillonner les côtes de Chiloé afin d’y prélever des échantillons d’eau et de sédiments, l"équipe a travaillé avec les habitants de l’île car, comme l’explique Francisco Ther, anthropologue à l’université de Los Lagos et membre de l’équipe, « les gens qui vivent sur cette île en connaissent les limites environnementales mieux que quiconque. Les Chilotes possèdent une énorme capacité de résilience. Leur adaptation et leur connaissance historique de la mer sont essentielles pour comprendre ce qui est en train de se produire ». Le but de cette mission est aussi de témoigner notre solidarité avec les communautés touchées, souligne l’anthropologue.

Crise écologique et sociale

En effet, tout en rappelant que ce n’est pas la première fois que l’archipel est touché par la pollution de l’eau et que plusieurs organisations environnementales ont déjà dénoncé le laxisme des normes environnementales encadrant l’élevage de saumon, Greenpeace dénonce que la catastrophe et la mauvaise qualité de l’eau en général mettent à mal l’économie locale, qui repose en grande partie sur la pêche.

Aujourd’hui, de nombreux habitants ne peuvent tout simplement plus travailler, au premier rang desquels les pêcheurs, et se trouvent sans ressources, rappelle l’organisation, tout en soulignant que, sur place, la tension est palpable et que des nombreuses manifestations et barrages routiers et portuaires ont été organisés.

- Greenpeace France appelle à la mobilisation et le soutien aux habitants de Chiloé :

  • en signant, comme plus de 75 000 personnes, la pétition adressée au gouvernement chilien (en espagnol) ;
  • en adressant un message de soutien aux habitants de Chiloé sur cette page mise en ligne par Greenpeace ;
  • en diffusant ces informations sur les réseaux sociaux avec le hashtag #YoApoyoAChiloe (“je soutiens Chiloé”).

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans la même rubrique