Accueil > Actualités > Pedro Miras : mort d’un philosophe discret

Pedro Miras : mort d’un philosophe discret

"Il avait la philosophie joyeuse", écrit Patrice Vermeren à propos de Pedro Miras, philosophe chilien engagé et à l’érudition aussi riche que modeste. Contraint à l’exil du temps de la dictature, il a participé active mais discrètement aux activités de la communauté chilienne de Paris. Solidaire, esthète et authentiquement bienveillant, Pedro était sans aucun doute, un Francochileno d’exception.


Hommage à Pedro Miras [1]

J’apprends par Claudia Gutiérrez que mon ami Pedro Miras a rendu l’âme. Et je suis infiniment triste. Lui n’était jamais triste. Il avait la philosophie joyeuse. Son corps l’avait depuis un certain temps comme abandonné, mais l’esprit était intact. Il avait gardé son intelligence lumineuse, sa lucidité féroce, son humour toujours aussi corrosif, fût-il souvent bienveillant. J’ai toujours éprouvé pour lui depuis le premier jour de notre rencontre de l’admiration et du respect. Il incarnait pour moi tout à la fois l’Humanité et les humanités.

A Paris, où il était en exil, exclu de l’université de son pays par la dictature militaire et accueilli par le CNRS français, il aura été avec Patricia Bonzi et Cristina Hurtado l’acteur central de notre réseau philosophique franco-chilien qui avait pour base le Collège international de philosophie, le Centre de recherches politiques de la Sorbonne et le département de philosophie de l’Université Paris 8. De retour avec la transition démocratique à l’Université du Chili, où il aura mis sa dignité à reprendre sa carrière interrompue, il a été de tous les évènements qui ont marqué ce dernier quart de siècle la scène philosophique franco-chilienne, de l’opération un avion de livres pour le Chili au colloque Spinoza et la politique de Santiago, et de la création de la première chaire UNESCO de philosophie à l’hommage à Humberto Giannini. Je me souviens d’une soirée d’hiver parmi bien d’autres chez Humberto et Luisa, avec Pedro et Patricia et José Echeverria, où il avait chanté des airs de tango et d’opéra, et où il n’était question, entre deux piscos, que de l’aperception immédiate chez Maine De Biran et des Essais de Michel de Montaigne : j’avais été une fois de plus saisi par l’immense connaissance qu’avaient Pedro et ses amis de la culture française et universelle, littérature, beaux-arts et philosophie mêlés, bien supérieure à la mienne. Admiration de Pedro Miras, parce qu’il était, à l’image des érudits de la Renaissance, pénétré par les humanités. Mais aussi respect pour un homme qui avait le souci, en toutes circonstances, de l’humanité.

Admiration et respect

Il ne parlait jamais de sa résistance à la dictature, comme tous ceux qui, comme Georges Canguilhem, se refusent à faire étalage de ce qu’ils considèrent comme des actions et des paroles nécessaires pour la préservation d’une dignité partagée. Sauf dans le dernier entretien qu’il nous avait accordé, à Gustavo Celedon et à moi-même, et qui a été filmé. Dans « Memoria et historia », le très beau texte qu’il nous avait donné pour un livre publié l’année dernière aux éditons Lom avec Fedra Cuestas, il a écrit : « Digamos que buena parte de nuestros recuerdos aspira a la comunicación, y que de esta forma el acerbo cultural del grupo se acrecienta, su propria historia, su identidad. Es entonces un deber nuestro, de aquellos que hemos sobrevivido estos últimos cuarenta años, el sacar de la luz, desde las remembranzas a los quebrantos, todo aquello que pueda intentarse, con su verdad, en nuestra historia contemporánea. Pues al no querer nombrar una situación como lo que verdaderamente fue- dictadura en vez de gobierno militar, o señalar la conveniencia de no mirar al pasado sino a futuro – lo que se pretende es borrar de esa totalidad de recuerdo, acto y proyecto, que conforman tanto nuestra identidad personal como colectiva, parte importante de su base fundamental, que es la memoria ».

Admiration et respect pour Pedro Miras : tel est le message que je voudrais transmettre à sa femme et à son fils en ce jour de tristesse, pour l’enterrement de mon ami Pedro, qui n’était, quant à lui, jamais triste.

Patrice Vermeren

Professeur émérite au département de philosophie de l’Université Paris 8
Professeur honoraire à l’Université du Chili


Notes

[1Publié dans l’édition chilienne de Le Monde Diplomatique et dans le site de l’Asociación Chilena de Filosofía (ACHIF)

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dans la même rubrique